Recueil de poèmes

Publié le par Marie-Eugénie BOIS

Recueil d’une âme sombre

 

 

1. INCONNU

 

Dans l'obscurité je cherche ta main
Dans l'éclat de tes yeux je cherche mon chemin.
Tu m'a persuadé que seule la fin était la solution
Que seul le désespoir serait mon mignon
Quel homme est-tu donc pour choisir de me perdre
De me confiner au rang de souvenir, d'être.
Et j'ai peur de cette obscurité latente
Elle s'allonge, me tourmente.
Je m'éteins telle la flamme des chandelles
Me perdant dans les ténèbres auxquels tu as si bien su me réduire.
Et j'ai peur que ta lumière ne revienne jamais devant moi.
Que seul mon chagrin devienne désarroi.
Alors dans le silence de ce mois sombre où l'hiver est censé disparaître
Je m'allonge et je ploie sous la douleur de cette attente qui me tourmente.

 

28/02/05

 

2. PREMIER

 

Dans l'obscurité je m'avance telle la plante recherchant sa lumière

Dans le noir je commande aux anges me rendre ma lumière

J'ai peur, le silence me glace et ton absence me brûle

Et je m'interroge sur cette vérité qui me frôle.

Est-ce finit, ne te reverrais-je plus jamais

Toi mon soleil m'apportant la vie ainsi crée

Je ne vois plus que l'ombre qui m'a tourmenté.

Les ténèbres m'envahissent

Mon coeur se brise

Et je comprends la raison des sentiments

Ils m'habitaient, me donnaient joie et chaleur.

Aujourd'hui plus rien ne peut te remplacer

Sauf ton éternel regret

Et dans cet état de désespoir que j'éprouve, une petite lumière s'allume

"Nous verrons dans un mois où on en ai"

Alors mon coeur se bat, il bat de la vie qui reste à moi.

Et mon espoir perdure, en attendant ton retour mon amant et chevalier de lumière.

 

28/02/05

 

2. LUNE NOIRE

 

Comment vivre quand le soleil s’éteint ?

Comment survivre dans un désarroi sans fin ?

L’obscurité guette mes pas,

L’espoir disparaît d’ici-bas.

Je tombe loin des illusions

Au-delà de  la mort et du froid

Je suis le noir de l’humiliation

De la non-acceptation, de la frustration.

Ma voix s’éteint aux mortels

Ne pouvant plus vivre dans la solitude

Et mes pas me portent en selle

Vers celui que mon cœur réclame.

J’ai peur de cette noirceur

Que je perçois sans chaleur.

Peur qu’elle ne devienne mon quotidien

Que le silence se fasse en mon sein.

Je pleure l’amour

Qui ne dure pas toujours.

Je pleure sur une vie

Qui s’achève et supplie.

 

1/03/05

 

3. DESTIN

 

Je vois dans  tes larmes mes lendemains

Je sens dans tes mains un espoir enfin

Reste près de moi, mon ange de lumière.

Je t’aime mon chevalier de malheur.

Le destin joue quelques fois des tours

Preuve des miracles de l’amour

Et je reste accroché à ce reflet.

Que je pressens comme un rêve de fée.

Ma vie s’accroche à tes soupirs,

Tes paroles sont mon doux plaisir

Je t’aime mon chevalier de malheur.

Revient et fait de nouveau mon bonheur.

 

1/03/05

 

4. SILENCE

 

Dans la cour de mon cœur,

Se morcelle les instants de bonheur.

Le silence fait sa place,

Il devient lourd et tenace.

Je m’accroche à ton sourire

Doux tintement, et languir.

Mon bel amant

Qui me manque tant.

Le silence rend son jugement.

Coupable d’amour je suis lourdement.

La solitude sera ma prison.

Et le silence mon poison.

 

1/03/05

Publié dans marie-poemes

Commenter cet article

eric 03/03/2005 21:10

si tu aimes les poémes tristes, essaie le miens sur mon blog en page d'acceuil, tu ne seras pas déçu!CIAO CIAO

L ANGE DECHU 02/03/2005 13:07

j adore ce texte

Zoldickun 01/03/2005 18:56

Joli tout ça :)Je traverse un peu (beaucoup) la même chose en ce moment.Bon courage à toi !