Proses

Publié le par Marie-Eugénie BOIS

Voici quelques composition que j'ai réalisé aujourd'hui avec mes états d'âme...

 

5. Dans l’ombre

 

Et dans l’ombre et l’obscurité,

Je t’attends mon fiancé.

Dans la glace de mon cœur,

Le silence a fait place au bonheur.

Mon cœur c’est arrêté de battre

Et mon âme a fait silence.

Je reste à attendre dans l’absence

De ta présence et je pleure alors que toi tu ris.

Mais quelle est donc cette maladie qui me ronge,

Elle prend ma tête et mes yeux en les changeant en noir.

Et je ne vois plus.

Ni la joie, ni le bonheur, ni la vie.

L’ombre m’a envahi

Et je reste silencieuse assise dans ce noir.

Alors dans la nuit les larmes coulent,

Sur cette histoire à laquelle je croyais.

 

15/03/05

 

6. HUMILIATION

 

Le mensonge est ta raison,

La traîtrise est ta mission.

L’amour est ma prison.

Et le silence mon poison.

Tu me traites de monstre assoiffé de sang

Et je répond que c’est toi l’absent de notre relation.

J’ai changé par amour et pour toi,

J’ai transformé ma vie afin quelle te plaise.

Tu l’as rejeté en bloc comme si rien n’existait

Car après tous deux ans n’est que poussière.

Et je pleure de cette humiliation que tu me fais subir au quotidien,

Restant triste à essayer de renaître d’un amour perdu.

 

15/03/05

 

7. DEPRIME

 

Et je languis de me réveiller de ce cauchemar,

Et je pleure de voir que toi tu es heureux.

Mon cœur se morcelle à chaque instant

Devant tes sourires de faux sympathisant.

Je reste étendu dans mon chagrin

Créer par ton désir de solitude.

Une relation a deux c’est grandir,

Mais toi tu as oublié, tu n’es qu’un enfant.

Un gosse qui ne voit que lui-même.

Les autres ? Pourquoi y prêter attention,

Après tout seul toi compte n’est ce pas ?

Et tu me regardes en me disant que tu n’as pas de réponse,

Je te vois alors telle la vérité tu es un monstre.

La destruction par le chaos est ton choix

Je me suis oubliée par amour pour toi.

Seule solution que tu trouves, me détruire au moment le plus important de ma vie.

Aujourd’hui je ne suis plus rien,

L’espoir ne fait plus partie de mon chemin.

Et je sombre lentement dans la dépression ou tu m’as jeté.

 

15/03/05

 

Publié dans marie-poemes

Commenter cet article

Zoldickun 15/03/2005 16:26

Beaucoup de souffrance là dedans mais c'est très joliBon courage !